Cinéma

Les Pistolets en plastique : quand Aymeric Lompret et Vincent Dedienne tentent d’éviter l’erreur judiciaire

Le nouveau film de Jean-Christophe Meurisse Les Pistolets en platsique sort au cinéma le 26 juin. Une comédie noire, truculente et jubilatoire, satire de notre société. A l’image de ce que fait le réalisateur au cinéma ou au théâtre.

Après l’excellent Oranges Sanguines sorti en novembre 2021, Jean-Christophe Meurisse récidive avec Les Pistolets en plastiques. Une comédie noire, toute aussi cynique, qui sort au cinéma ce 26 juin 2024. Il y met notamment en scène Aymeric Lompret, Vincent Dedienne et Nora Hamzawi.

Pour Les Pistolets en plastiques, Jean-Christophe Meurisse s’est « très librement inspiré de faits réels », à savoir l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès et surtout l’arrestation à tort, en octobre 2019, d’un homme soupçonné d’être XDDL. Un prétexte pour dérouler une comédie noire, cynique, satire de notre société, comme Meurisse sait le faire au cinéma ou au théâtre.

Comme c’était déjà le cas dans Oranges Sanguines, où il a notamment dirigé Blanche Gardin, dans Les Pistolets en plastique, Jean-Christophe Meurisse offre de truculents rôles à quelques humoristes. Ainsi on croise Jonathan Cohen dans une hilarante scène d’autopsie qui vire légèrement au gore, Nora Hamzawi en femme enceinte qui, dans l’avion, respire comme une vache, ainsi qu’Aymeric Lompret, décoloré en blond, et Vincent Dedienne, dans les rôles de deux enquêteurs, pas très bons en anglais, qui tentent d’éviter la « tradition d’erreur judiciaire » française.

Le film Les Pistolets en plastique est construit comme Oranges Sanguines : des scènes se succèdent dans les lieux et avec des personnages différents avant qu’on se rende compte que, finalement, tout est bien évidemment relié. Meurisse filme simplement, souvent en commençant par le milieu du corps avant que l’on découvre ensuite le visage du comédien. Il met en scène des personnages parfois caricaturaux à l’extrême pour, parfois, mieux dénoncer, cette société du spectacle, et notamment les fans de tueurs en série, tout comme l’erreur judiciaire dont avait été victime Guy Joao, arrêté car pris pour Xavier Dupont de Ligonnès.

Ici l’homme, innocent, se retrouve en slip au milieu des policiers danois. Alors qu’il n’est qu’un danseur de country amateur. Un clin d’oeil à Oranges Sanguines, dans lequel Vincent Dedienne était un juge d’une compétition de danse. L’innocent se fait martyriser par un agent très spécial joué par Ivandros Serodios, à qui Meurisse avait déjà confié un rôle de fou sans sa formidable pièce La vie est une fête. La violence est présente à quelques autres moments. Toujours pour dénoncer quelque chose. Car avec Jean-Christophe Meurisse, rien n’est complètement gratuit.

Les pistolets en plastiques de Jean-Christophe Meurisse, 1h36, sortie le 26/06/2024
Avec Laurent Stocker, Delphine Baril, Charlotte Laemmel, Gaëtan Peau, Philippe Rebbot, Romane Bohringer, Aymeric Lompret, Nora Hamzawi, Jonathan Cohen, Vincent Dedienne…
Crédit photo : Bac Films

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *